Je bouillonne d'émotions

Partager :

Je bouillonne d'émotions

Qu’elles soient positives (joie) ou négatives (colère), les émotions entrainent nécessairement des comportements plus ou moins acceptables. Un enfant qui crie et saute partout dans le local est aussi désagréable qu’un autre qui crie de colère, mais les émotions sont saines. Tout le monde en vit. Elles doivent être comprises des enfants et extériorisées de manière « acceptable ».

Il existe une différence entre exprimer son émotion et agir sur le coup d’une émotion. Par exemple, votre enfant exprime son émotion s’il vous dit qu’il est triste parce que vous ne lui achetez pas un nouveau jouet.

Par contre, votre enfant agit sur le coup de l’émotion s’il brise des objets, s’il fait mal à une autre personne ou s’il saute partout sans regarder ce qu’il fait parce qu’il est en colère ou excité. Bien sûr, il est normal qu’un enfant soit en colère et le « bouillonnement » d’émotions qui habitent cet enfant doit être extériorisé. C’est pourquoi votre enfant a besoin de votre soutien pour avoir une saine expression de ses émotions.

Pourquoi apprendre aux enfants à reconnaître leurs émotions ?

Tant que le cerveau n’a pas atteint sa pleine maturité (pas avant 20 ans, certains chercheurs affirmant même vers 30 ans), les processus de gestion des émotions ne sont pas totalement fonctionnels. L’enfant a alors des difficultés à contrôler et maîtriser ses réactions émotionnelles. L’enfant n’est pas en mesure de gérer l’ensemble des émotions qui affluent en lui du fait de l’incomplétude de ses réseaux neuronaux. Le cortex préfrontal est incapable de jouer son rôle de régulateur des émotions fortes.

L’apprentissage du langage des émotions chez l'enfant aura alors un impact sur son comportement social, et notamment sa capacité à surmonter le stress, à gérer son agressivité et à exprimer ses affects.

Par ailleurs, un enfant qui enfouit ses émotions, ses peurs, qui ne peut pas manifester sa joie ou sa colère, n’apprend pas à tenir compte de ce que lui ou les autres ressentent. Il ne développe pas d’empathie, pas de bienveillance : ni pour lui-même, ni pour les autres. Quand un enfant apprend à repérer ses émotions et à repérer le message envoyé par son corps, il arrive mieux à s’adapter et à comprendre ce qui compte pour lui, mais aussi pour les autres.

En conclusion

Il est important de se rappeler que les enfants sont en processus d’apprentissage sur le plan du contrôle émotif. Cet apprentissage peut se faire sur une longue période et c’est normal.

Ils ont besoin de temps pour intégrer et maîtriser leurs nouvelles habiletés, mais ils ont surtout besoin de leur parent pour les soutenir et les guider tout au long de leur évolution. Le cadeau que vous offrez à vos petits en les accompagnant sur le plan émotif leur servira tout en long de leur existence.

 


Caroline (22 février 2016), Pourquoi apprendre aux enfants à reconnaître leurs émotions, En ligne. http://apprendreaeduquer.fr/decouverte-enfants-emotions/, page consultée le 3/04/2017.
Dubé, Maude, Les émotions chez les enfants – partie 2. En ligne. http://www.educatout.com/outils/utilitaires-educatifs/apprentissages/les-emotions-chez-les-enfants-partie-2.htm, Page consultée le 4/04/2017.
Annie Goulet, Apprendre à l’enfant à maîtriser ses émotions, Équipe Naître et Grandir, En ligne. http://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/comportement/fiche.aspx?doc=ik-naitre-grandir-enfant-apprendre-maitriser-emotion, page consultée le 3/04/2017
Gueguen, Catherine (2015), Pour une enfance heureuse – Repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau, Éditions Pocket, 210 pages.

Avertissement.

Le contenu diffusé sur ce site Web ne sert qu’à des fins d’information et ne remplace pas l’opinion d’un professionnel de la santé ou du développement des enfants.