Le tempérament de l'enfant

Partager :

Le tempérament de l'enfant

Le tempérament de l’enfant est inné. Il ne peut être changé. Il définit en grande partie la personnalité de votre enfant.

Il n’y a pas de « bon » ou de 

« mauvais » tempérament.

Simplement des tempéraments différents. Notre tempérament est ce qui nous distingue des autres. Tout tempérament comporte ses points forts.

Jetons un coup d’œil à certaines dimensions importantes du tempérament.

Le niveau d’activité :

Certains enfants sont très actifs et veulent courir, sauter ou grimper la plupart du temps. Ils ne s’assoient presque jamais, même à l’heure des repas. Ils semblent toujours en mouvement.

D’autres enfants sont inactifs et préfèrent des activités tranquilles, comme regarder des livres ou faire des casse-tête pendant de longues périodes.

D’autres enfants ont un niveau d’activité qui se situe entre les deux.

La régularité :

Certains enfants ont un rythme prévisible. Ils ont faim à intervalles réguliers et se réveillent, s’endorment et vont aux toilettes à peu près à la même heure, chaque jour.

D'autres enfants ont un rythme variable. Ils peuvent avoir très faim à midi une journée et ne pas avoir faim du tout à cette heure une autre journée. Ils peuvent se réveiller très tôt le lundi, mais se lever tard le mardi.

D'autres enfants ont un rythme qui se situe entre les deux.

La réaction à de nouvelles situations :

Certains enfants s’approchent des nouvelles situations. Ils sourient aux étrangers, se joignent à de nouveaux groupes d’enfants pour jouer avec eux, se font facilement de nouveaux amis, aiment essayer de nouveaux aliments et aiment visiter de nouveaux lieux.

D’autres enfants s’éloignent des nouvelles situations. Ils fuient les étrangers, prennent beaucoup de temps avant de se joindre à de nouveaux groupes, recrachent les nouveaux aliments et hésitent à visiter de nouveaux lieux ou les évitent.

D’autres enfants ont une réaction à de nouvelles situations qui se situe entre les deux.

La capacité d’adaptation :

Certains enfants s’adaptent rapidement à de nouvelles routines, à de nouveaux lieux, à de nouvelles personnes et à de nouveaux aliments. Il ne leur faut parfois qu’une ou deux journées pour s’adapter à un nouvel horaire, pour vivre dans une nouvelle maison ou pour aller à une nouvelle école.

D'autres enfants s’adaptent lentement. Il leur faut parfois des mois pour se faire des amis dans un nouveau quartier, se sentir à l'aise dans une nouvelle école ou suivre un nouvel horaire.

D'autres enfants ont une capacité d’adaptation qui se situe entre les deux.

Inattention :

Certains enfants se laissent distraire facilement. Ils passent d’une chose à l’autre, selon ce qu’ils voient ou entendent à ce moment précis. Il leur faut beaucoup de temps pour finir des tâches, car leur attention va dans toutes les directions. Mais lorsqu'ils sont tristes ou déçus, il est facile de diriger leur attention vers autre chose et de les faire changer d’humeur.

D'autres enfants ne se laissent pas distraire facilement. Ils peuvent s’asseoir et lire pendant de longues périodes et lorsqu'ils ont faim ou sont tristes, il n’est pas facile de leur faire penser à autre chose.

D'autres enfants ont une inattention qui se situe entre les deux.

La persévérance :

Certains enfants sont très persévérants et continuent d’effectuer une tâche difficile jusqu’à ce qu’elle soit terminée. Ils ont un but en tête et ils continueront leurs efforts jusqu’à ce qu’ils l’atteignent. Ils n’abandonnent pas après un échec. Par contre, il n’est pas facile de les convaincre d’arrêter de faire des choses qu’ils veulent faire.

D’autres enfants sont moins persévérants. S’ils tombent, ils arrêtent de grimper. S’ils ne réussissent pas à faire un casse-tête rapidement, ils perdent de l’intérêt. Et il est facile de les convaincre d’arrêter de faire des choses que nous ne voulons pas qu’ils fassent.

D’autres enfants ont un niveau de persévérance qui se situe entre les deux.

L’intensité :

Certains enfants ont une réaction très intense par rapport aux événements et aux situations. S’ils éprouvent de la difficulté à faire un casse-tête, ils crient et lancent les morceaux. Ils manifestent intensément leur colère et leur tristesse, mais ce niveau d’intensité est aussi manifeste lorsqu'ils sont joyeux. Ils braillent lorsqu'ils sont tristes et rient aux éclats lorsqu'ils sont heureux. Vous savez toujours comment se sentent ces enfants.

D'autres enfants contiennent leurs réactions. Lorsqu'ils se sentent tristes, ils pleurent en silence. Lorsqu'ils sont heureux, ils sourient discrètement. Il est difficile de savoir comment se sentent ces enfants.

D'autres enfants ont un niveau d’intensité qui se situe entre les deux.

Quoi faire ?

Lorsque l’on observe le comportement et l’attitude des enfants, nous avons tendance à constater que nous retenons bien souvent que le pendant négatif de leur comportements.

Être positif et miser sur les forces de l’enfant permet une plus grande autonomie et permet de développer son estime de lui.

Valoriser 3 fois plus les qualités de l’enfant plutôt que ses «défauts» favorisera une modification positive de son comportement.

Outils à télécharger

 


DURRANT, Joan E. (2011). La discipline positive: de quoi s’agit-il et comment s’y prendre, p. 74-77.

Avertissement.

Le contenu diffusé sur ce site Web ne sert qu’à des fins d’information et ne remplace pas l’opinion d’un professionnel de la santé ou du développement des enfants.