Qu’entendons-nous par «comportement difficile?»

Partager :

Qu’entendons-nous par «comportement difficile?»

Les comportements difficiles peuvent inclure l’emploi d’un mauvais langage, les comportements agressifs ou violents, les dommages aux biens, le mensonge, le vol et le refus de coopérer aux tâches quotidiennes (comme s’habiller le matin, faire ses devoirs ou aller au lit le soir venu).

La colère :

Est une émotion simple qui résulte d’une insatisfaction. Elle se manifeste lorsqu’un obstacle entrave l’atteinte d’un objectif. L’enfant peut exprimer sa colère de différentes façons : crier, frapper, bouder... Cependant, il peut aussi vivre l’émotion sans nécessairement manifester de comportement inadéquat.

Une crise :

Est une manifestation violente de la colère. Par exemple, un enfant qui fait une crise peut se lancer par terre, pleurer, hurler, se battre ou frapper.

Les troubles de comportements ou d’opposition :

Font référence à des comportements par lesquels l’enfant agit de façon discordante avec son environnement social. L’opposition peut-être active (défier, faire une crise, frapper ou refuser d’obéir) ou passive (l’enfant peut alors réagir très lentement pour exécuter une tâche - ou ne pas la faire du tout).

Qui manifeste ces comportements et pourquoi ?

La plupart des enfants peuvent présenter des comportements difficiles à un moment ou l’autre de leur vie. En effet, certains enfants n’ayant aucun diagnostic formel ont simplement besoin d’un peu plus de structure que la plupart des autres enfants, tandis que d’autres ont besoin d’un peu plus d’attention.

Le comportement est un langage du corps, l’enfant exprime à sa façon un malaise, une souffrance. Par son agir, il nous crie que certains de ses besoins sont plus ou moins comblés. Il nous lance un message qui n’est pas toujours facile à décoder.

Si nous comprenons que le comportement de l’enfant est un langage, une forme d’appel à l’aide, il peut être plus facile de s’en dégager et de saisir ce qu’il exprime vraiment.

Qu’entendons-nous par

« opposition » ?

S’opposer et résister aux demandes fait partie des habiletés sociales de base que l’enfant doit acquérir au cours de son développement psycho-affectif, principalement durant les phases d’apprentissage de l’autonomie (2e et 3e année de vie et pendant l’adolescence). L’enfant est à la recherche de sa propre identité et cherche à se séparer de ses parents, des divers intervenants et de se différencier de ses pairs.

Le trouble de comportement (opposition) s’enracine donc dans des comportements qui sont considérés comme faisant partie du répertoire normal de comportements que tout enfant doit développer. Ce n’est alors pas toujours facile de distinguer un comportement problématique d’opposition (trouble) chez l’enfant, d’un comportement dit «normal».

En fait, ça dépend de plusieurs facteurs comme la sensibilité perceptuelle de la personne qui côtoie l’enfant, de la nature et du nombre de comportements problématiques ainsi que de l’intensité de ceux-ci.

Voici une vidéo sur les comportements opposants :

Chronique radio avec Lydia Jacques et Tania Hermkens

 


LEROUX Boudreault Ariane (2013), Les enfants volcans: Comprendre et prévenir les comportements difficiles. Éditions Midi-Trente, pages 10-13.
Paradis, Thérèse et Diane Cantin, Programme SAEM, p.69.
Centre de la Santé et des Services Sociaux Arthabaska et de l’Érable, Quelques définitions. Qu’entendons-nous par «opposition». Extrait d’une formation offert par le CSSSAE.

Avertissement.

Le contenu diffusé sur ce site Web ne sert qu’à des fins d’information et ne remplace pas l’opinion d’un professionnel de la santé ou du développement des enfants.