ose ton truc
L'importance du schéma corporel

Partager :

L'importance du schéma corporel

Votre enfant, tout au long des années, prendra conscience de son corps, qui bouge, sent, touche et agit. Il expérimentera la connaissance de lui-même au fil des jours. C’est ce qu’on appelle le développement du schéma corporel.

On définit le schéma corporel comme étant la conscience du corps en mouvement ou à l’état statique, mais aussi la place qu’il occupe dans l’espace. L’enfant prend conscience de ses possibilités motrices (agilité, flexibilité, rapidité, etc.), de ses possibilités expressives (mimiques, gestes, etc.) et de ses limites morphologiques (ex : taille) dans ses positions et mouvements. Le schéma corporel c’est aussi la connaissance du vocabulaire du corps et de ses différentes parties.

Étapes du développement

  1. Corps vécu (0-3 ans) : Conscience du corps. Cette étape se développe grâce aux expériences sensori-motrices (messages perçus par les sens, les muscles, les organes, etc.)

  2. Corps perçu (4-7 ans) : Connaissance de son propre corps. Cette étape consiste à reconnaître, identifier et nommer les Iadifférentes parties de son corps.

  3. Corps représenté (7-12 ans) : Image mentale du corps. À cette étape l’enfant devient de plus en plus conscient de la mobilité de son corps.

Importance dans le développement de l’enfant

Le schéma corporel joue un rôle fondamental dans le développement global de l’enfant. Il contribue à une représentation de son corps et de ses possibilités d’action. C’est aussi lui qui permet la construction de l’identité et de l’image corporelle. Un enfant qui présente un schéma corporel moins bien développé aura des difficultés dans tous les domaines au niveau scolaire. Ce sera aussi un enfant qui est maladroit avec une démarche peu harmonieuse (raide et lourde).

Le schéma corporel se développe sur une longue période et plus l’enfant sera exposé à diverses activités (impliquant divers sens) plus il se développera sainement. N’oubliez pas que le schéma corporel peut aussi être influencé par les messages visuels et auditifs perçus par l’enfant (ex. :« Il faudrait que tu arrêtes de manger des desserts, car tu vas être gros » ou « Tu es trop maigre, il faudrait que tu manges plus »).

Chronique radio avec Lydia Jacques et Sabrina Houde :

 


De Lièvre, Bruno ; Staes, Lucie (2012) La psychomotricité au service de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte, Bruxelles, Édition de Boeck, 349 pages
L’activité psychomotrice au préscolaire, éd. Chenelière Éducation